AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Histoire du Château

Aller en bas 
AuteurMessage
Rosebury's Soul
Admin
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 13/01/2011

MessageSujet: Histoire du Château   Mer 23 Fév - 1:01

L’origine d’une légende :


1761. Londres.
Miss Rose Elizabeth Fiztwilliams était désignée comme étant une des plus belles jeunes filles de sa génération par la cour d’Angleterre. Des cheveux de la couleur des blés, une peau pâle, des lèvres roses, un visage aux traits si doux et si tendres qu’on y décelait ceux de l’enfant qu’elle était encore et des yeux azur qui brillaient, plein d’espoirs, de rêves et d’innocence. Elle n’avait que 15 ans et pourtant c’est à cet âge qu’elle se retrouva mariée de force à un marquis qui avait presque quatre fois son âge. Un époux acariâtre et sans cœur qui ne se gênait pas pour violenter sa jeune épouse de toutes les sortes de brutalité qui pouvait lui faire subir… A commencer par briser ses rêves et son innocence.
C’est ici que s’enclenche un destin qui sera tragique.


1769.
Lady Rose Thomas avait changé. A 23 ans, elle était devenue une des femmes les plus importantes et influentes de la haute société. Son caractère bien trempé ne passait pas inaperçu.
Depuis la mort de son mari, quatre années auparavant, elle avait pris goût à la liberté et elle en profitait largement, sans aucune honte, laissant de nombreux hommes tenter de la courtiser et accumulant les amants sans jamais en garder un plus d’un mois. Elle les invitait tous dans le Château familial des Thomas, dans le Derbyshire. Il s’agissait d’un lieu calme où elle pouvait faire tout ce qui lui plaisait…
Elle aimait briser les cœurs de ces hommes, ça l’amusait… Une sorte de vengeance sur eux après des années de souffrance auprès de celui qui avait été son époux.
Mais à trop jouer avec le feu on finit par se bruler… Et cela peut-être fatal…
Après avoir été le bourreau pendant des années, Rose devint la victime. Elle finit par tomber amoureuse d’un de ses amants. Le seul qui n’était là que pour venger tous les hommes qu’elle avait pu bafouer. Une vengeance de mâle fier.
Il joua avec elle jusqu’à être sûr de l’avoir séduite puis il partit. Rentré à Londres, le jeune homme acheva sa vendetta en racontant à toute la bonne société qu’il avait tourné en ridicule La Lady Thomas, riant des sentiments qu’elle avait pour lui.
Trahie, blessé dans son orgueil et folle de rage et de désespoir, Lady Rose alla jusqu’à Londres et le tua.


1770.
Ce fut une agonie d’un an.
Pendant un an elle avait déambulé comme folle dans son Château du Derbyshire, prononçant des paroles incompréhensibles, parfois prise de crise de violence incontrôlable, jusqu’à ce jour, à la fin de l’automne où elle fut retrouvée pendu au chêne centenaire qui était dans le parc. Personne ne su comment elle était montée jusqu’à une si haute branche et personne ne s’en préoccupa vraiment. Rose la folle était morte, enfin.



Le début d’une superstition persistante :


Plusieurs dizaines d’années s’écoulèrent mais personne n’oublia Lady Rose, surtout le village d’à côté. Certaines rumeurs couraient parmi ses habitants. La peur commença à se répandre.
Des choses bizarres se produisaient dans le Château laissé à l’abandon, selon les villageois qui avaient été témoin de scènes étranges. Une lumière allumée derrière les fenêtres de la grande bâtisse, une ombre courant sur la pelouse, des objets qui bougent sans que personne ne les touche, des bruits inexplicables. On osait plus même prononcer le nom de cette femme de peur de provoquer son esprit. Parce que c’est de ça qu’ils avaient tous peur, un fantôme, un spectre.
Du temps de son vivant plusieurs rumeurs prétendaient que Rose était une sorcière à cause de certains de ses agissements étranges. Elle pratiquait des rites africains, elle avait renié sa religion de protestante anglicane et surtout, elle était une meurtrière.
Tout avait été révélé au grand jour grâce à la découverte de son journal intime quelques temps après sa mort : Elle avait tué son amant mais aussi son mari. Poison, tout les deux. Discret et efficace.
« Les sorcières, on les brûle ! » C’est ce que dit un jour le pasteur du village, terrorisé par ce fantôme qui hantait la région et c’est ce que firent les habitants. Le corps de Lady Thomas fut sorti de son cimetière et un grand buché fut formé devant le château dans lequel on jeta les restes de la sorcière. Les villageois firent la fête ce soir là, se croyant débarrassé de cette âme damné mais dès le lendemain la peur revint avec cette ombre que plusieurs personnes virent dans le brouillard du matin.
C’était son Château, le Château de Rosebury comme l’appelaient les gens des environs à présent et elle n’allait pas le quitter.



L’université de Rosebury’s Castle :


1905.
Lorsque William Coleman était venu au domaine de Rosebury avec l’intention de l’acheter, on l’avait traité de fou. Qui voudrait d’un Château hanté et laissé en ruine depuis plus de cent ans à part un fou ? Les rares habitants qui vivaient encore le village tentèrent de l’en dissuader. Ils lui racontèrent l’histoire de Lady Rose, ils lui parlèrent de ce fantôme, de cette ombre qu’on pouvait apercevoir de temps en temps, mais rien n’y fit.
William Coleman ne voyait là que des superstitions stupides de paysans illettrés. Il avait un grand projet. Une idée révolutionnaire selon lui. Il voulait créer une université réservé aux enfants des plus grands et plus riches hommes d’affaire, nobles et autres personnalités importantes de l’Angleterre, de L’Europe et même du monde. Il voulait créer une élite de ces milliardaires, préserver leur statut grâce à un enseignement exceptionnel. Ce projet lui tenait d’autant plus à cœur qu’il faisait parti de ces hommes puissants et riches.


1907.
L’université de Rosebury’s Castle ouvrit ses portes le 1er septembre 1907 après deux ans de travaux.
Le succès fut immédiat. Des élèves venant de tout les continents parcouraient les couloirs, et des professeurs réputés, des génies pour certains, virent donner cours à ces enfants gâtés.
Tout allez bien dans le meilleur des mondes mais il manquait quelque chose selon M.Coleman. Il voulait que ses élèves soient traités comme des rois, il voulait que tous puissent avoir un domestique à disposition mais une telle idée demandait des sommes d’argent exorbitante pour payer ces fameux domestiques, même pour le Riche M. Coleman qui l’était de plus en plus.
Une autre idée vint à l’esprit de génie, mais cette fois c’était une idée beaucoup plus étrange et surprenante…
Le problème des domestiques allait être régler, à la place, il décida d’autoriser certains jeunes gens aux moyens très limités à s’inscrire en tant qu’élève de Rosebury’s Castle mais à plusieurs conditions : Chacun de ses élèves devaient pour avoir l’autorisation de suivre les cours trouver un parrain parmi les élèves normaux ou les professeurs, une sorte de patron à qui il devrait obéir. Et en cas de renvoi par le parrain, l’élève se retrouverait également renvoyé de ses cours.


De nos jours : 2010.
Qui aurait cru que cette idée allait marcher ? Oui, cette idée avait eu du succès aussi bien pour les riches élèves que pour ceux qu’on appelait désormais élèves de second rang.
Les élèves étaient venu du monde entier pour cette école car avoir son diplôme au nom de Rosebury’s Castle était devenu une garantie de talent et de génie pour les employeurs et entreprises. Même pour les seconds rangs.
A sa mort William Coleman avait légué l’université à son fils qui l’avait à son tour légué au sien, Edgar Coleman, en décédant.
Au fil des années il y avait eu plusieurs scandales. Les élèves de second rang étaient des esclaves selon certains, les premiers rangs profitaient de leur pouvoir, etc, etc…
Mais à chaque fois les Coleman s’en sortirent, leur lien d’amitié avec quelques hommes importants du gouvernement n’y étant pas étranger.

La disparition soudaine d’Edgar Coleman fut un choc. Mais son fils Julian récupéra rapidement l’université et calma la panique qui y régnait.
De nombreuses personnes considérèrent que l’ancien directeur était mort. Son fils fut suspecté de l’avoir tué, l’épouse de celui-ci, Gabrielle Coleman, le fut également, des soupçons se portèrent sur le concierge qui ne cachait à personne sa haine pour Coleman sénior. On accusa même le fantôme de Rosebury.
Car oui, cette chère Rose n’a jamais été oubliée. Les événements étranges voir même affolant ne sont pas rare au Château. La répétition de fait anormaux et même dangereux, jusqu’à un incendie déclenché, au deuxième étage de l’Aile Ouest ont provoqué l’abandon pur et simple de cet espace. Coïncidence étrange, le deuxième étage de l’Aile Ouest avait été les appartements de Lady Thomas du temps de son vivant….
Revenir en haut Aller en bas
http://roseburyscastle.forumactif.com
 
Histoire du Château
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Slaves of Rosebury's Castle :: Hors RPG :: Règles et Contexte-
Sauter vers: